Les lacs de l'Ascension et Escur

Durée : 6h

Difficulté : ** (Sentier avec des passages assez raides)

Dénivellation : 700 m.

Accès depuis les chalets du Lauzet

 

De la route nationale 94, prendre la D38 vers les hameaux du Serre, du Bathéoud et de Coutin. La route monte le long du torrent de Bouchouse. Au 4e pont, franchir celui-ci, continuer la route jusqu'au hameau de Coutin, de là emprunter la route montant à gauche (fermée l'hiver), goudronnée sur quelques centaines de mètres puis en terre sur une dizaine de kilomètres (cette route a été recalibrée en 2018, elle est en bon état, cependant, soyez prudent et roulez doucement, en fonction des aléas climatiques des chutes de pierres peuvent avoir lieu.

Les chalets du Lauzet

Juste après les chalets, traverser le torrent puis suivre sur votre gauche la route forestière qui conduit aux ruines du Giet. La continuer jusqu'à sa fin (point 1935 m sur la carte IGN).

Les ruines du Giet (continuez tout droit sur la piste en terre,

ne prenez pas le sentier montant sur votre droite, c'est l'itinéraire du retour)

Du Lauzet au terminus de cette route compter un peu plus d'une heure de marche.

Emprunter le sentier qui fait suite à la route. Celui-ci réalise une traversée descendante jusqu'à Pra Chapelle (prairie situés sur un replat, à l'intersection avec le sentier venant des ruines du puy).

Continuer en direction nord-ouest.

Dans la descente vers Pra Chapelle, vue sur les Aiguillons et le Peyron

Traverser le torrent de l'Ascension et remonter sur l'autre versant.

Remarquez les alternances de végétation très marquées dès que l'on change de versants : la randonnée commence dans la pinède à pins sylvestre, puis se poursuit au passage sur l'ubac avec une forêt de pins à crochets et de sapins. Vous remarquerez sur la rive droite du torrent de l'Ascension de magnifiques pins centenaires.

Le chemin suit un défilé entre d'imposantes murailles calcaires et traverse éboulis et pinèdes (pins à crochets).

Vous arrivez ensuite à l'Ausselard, encore appelé Alpavin (cabane de berger) dans un alpage accueillant.

Alpavin

Le sentier traverse alors une série de petites dalles calcaires au relief caractéristique.

 

Ces formations sont crées par le ruissellement des eaux de fonte chargées de petites particules fortement abrasives.

On leur donne le nom de lapiaz.

Il vous faut encore franchir une alternance de prairies et de petits ressauts (direction nord-ouest) avant de voir le très beau lac de l'Ascension (alt. 2300 m.).

Photos prises après le passage des ressauts, entre l'Alpavin et le lac de l'Ascension

Lac de l'Ascension

Vous êtes ici dans le domaine des marmottes, Chocards à bec jaune, Traquets motteux, Aigles royaux ou encore des Vautours fauves et des pelouses alpines.

Marmotte des Alpes, Chocards à bec jaune, Aigle royal, Vautour fauve (les Vautours fauves se nourrissent des carcasses des bêtes mortes en montagne, ils sont présents dans les alpages du mois de juin au mois de septembre environ, ils suivent les moutons lors de leur transhumance, plus d'infos : http://www.ecrins-parcnational.fr/patrimoine/le-vautour-fauve)

La flore de cette altitude développe d'étonnantes capacités d'adaptation et une énergie hors du commun. Les fleurs ne disposent que d'un temps limité pour arriver à maturité et se reproduire. Pour cela, toutes les stratégies sont bonnes pour attirer les insectes pollinisateurs.

La gentiane de Kock avec son bleu profond et sa "piste d'atterrissage" observable dans le calice en est une parfaite illustration.

Il faut aussi trouver l'eau indispensable à la croissance et les bien sûr très rare dans ces déserts de pierres que constituent les crêtes environnantes.

L'edelweiss s'est dotée d'un système de duvet et de poils qui lui permettent de conserver les rares gouttes de rosées…

Gentiane de Kock ou Gentiane acaule, Linaigrette, Edelweiss

Afin de rejoindre les lacs Escur, rester sur la rive sud du lac et contourner par l'est la colline située au-dessus de ce dernier.

Vous longez ensuite les deux petits lacs Escur dont la couleur caractéristique est due à la présence de micro-organismes spécifiques des lacs d'altitude.

Les lacs Escur et un tout petit lac juste au-dessus

Le sentier prend alors la direction sud au pied d'une petite barre rocheuse que l'on ne tarde pas à franchir (aucune difficulté) pour atteindre la montée au collet du Peyron.

Vous remarquerez facilement le sentier qui y accède par une traversée.

Du collet du Peyron (alt. 2465 m.), l'itinéraire redescend dans le vallon de l'Aravet (sentier bien marqué).

Panorama depuis le Collet du Peyron, le vallon de l'Aravet et les lacs de l'Ascension et Escur

Vous rejoignez peu à peu les prairies et le sentier longe un ravin d'une importance exceptionnelle.

 

Puis, vous retrouver une piste forestière qui devient assez raide avant de rejoindre les ruines du Giet.

Vue sur le Peyron avant de rentrer dans les bois pour rejoindre la piste en terre assez raide, passage devant une ancienne cabane

De là, suivre la route de terre jusqu'au chalets du Lauzet.

 

Consignes de sécurité

En montagne, le temps peut changer très vite, même au cours d'une belle journée d'été : pensez à consulter la météo avant votre départ, évitez de partir seul et apprenez à connaître vos limites.N'oubliez-pas d'emporter de l'eau et des vêtements chauds et imperméables, même pour les itinéraires les plus faciles et les plus courts. Pour les randonnées plus longues, nous vous conseillons une bonne paire de chaussures de marche montantes.

Les feux sont strictement interdits sur la commune.

La montagne est le domaine d'une flore et d'une faune spécifique, ne cueillez pas la première, ne dérangez pas la seconde (prenez une paire de jumelles pour l'observer).

Redescendez tout ce que vous avez emporté avec vous à la montée, les déchets n'ont pas leur place en montagne.

La forêt est votre patrimoine, merci de le respecter.

Les chiens doivent être tenus en laisse.

D'autres infos sur la page générale des randonnées

https://www.larochederame.fr/culture-et-loisirs/randonn%C3%A9es/

 

 

Photos : Steeve Peyron